Le Frenchie

L’élégance qui se mérite

Le Frenchie, c’est la première histoire sympa de ce blog. C’est en effet une amie de mon amie Laura qui, ayant bien aimé les premiers articles, m’a proposé d’y aller. Un sms à 17h, « ça te dit d’aller au Frenchie ce soir ? Y a eu un désistement et on peut peut-être choper une table! ». Ne connaissant pas du tout ce resto, je comprends malgré tout par le ton du sms qu’il s’agit d’un coup de chance inouï, une opportunité de folie, LE TRUC QU’IL FAUT PAS LOUPER (et indeed, j’ai su après coup que la probabilité d’obtenir une table en moins de 4 semaines au Frenchie est aussi faible que celle de croiser Brad Pitt en allant chercher son pain).

Nous voilà donc à 19 heures pétantes, rue du Nil, petite rue planquée dans le Sentier. L’accueil est plutôt sympa, l’endroit est plutôt petit mais plutôt ambiance parquet-briques rouges-murs en pierres-suspensions en cuivre. On nous installe sur la petite table de 2 et nous fonçons toutes les deux intuitivement sur le menu dégustation. 75 euros par tête, en comptant le vin, autant vous dire que nos papilles étaient gonflées à bloc. Et elles n’ont pas été déçues.

Ca commence par un truc tout con, mais le beurre servi en apéro avec quelques tranches de (très bon) pain a d’emblée annoncé la couleur. Car c’était du vrai beurre, moelleux, limite mousseux, parfumé (à ce moment là, on pense inévitablement à l’austérité des tartines du lendemain matin au beurre Président). Et après tout s’enchaîne :

…le foie gras aux figues et à la gelée de vinaigre balsamique…


…le gaspacho de tomates au thon rouge/raisins/moules/tomates…

…la lotte aux petits légumes frais – je ne sais pas ce qu’il y avait comme assaisonnement mais BOUDIOU c’était bon…

…le poulet aux courgettes et salicornes..

…et la tartelette aux fruits rouges, mousse de fromage blanc et je ne sais pas quelle crème planquée dessous…


…Tout ça agrémenté d’un vin « plutôt minéral » (ça a quand même de la gueule de s’y connaître en vin!)

Les bémols ?

  • Le service, certes agréable mais un peu expéditif (probablement inévitable quand on dîne au premier service…et ça peut passablement agacer ceux qui ont attendu leur table pendant plus d’un mois)**
  • le brouhaha une fois la salle remplie. Ca peut être un resto d’amoureux, mais d’amoureux qui rient, parlent, font chin-chin de bon cœur, pas ceux qui se regardent dans le blanc des yeux en se caressant la main #beurk.
  • Le prix…le menu dégustation est peut-être un chouillat plus cher que d’autres nouvelles tables parisiennes mais ça vaut le coup de pouvoir se l’offrir au moins une fois.

En dehors de ça, c’était maîtrisé, fin et élégant, ce qui fait du Frenchie une très belle adresse, à réserver pour des occasions très spéciales. Laure, si tu me lis, merci encore pour cette découverte !

salle 2
 
Le Frenchie
5,6 rue du Nil
75002 Paris
Métro Sentier
 
 
 
 
 
*Je ne sais pas si c’est une légende ou pas mais ce surnom lui aurait été donné par Jamie Oliver.
** Sinon pour ceux qui ne se sentent pas d’attendre un mois mais plutôt une bonne heure (et c’est déjà pas mal!), le bar à vins du Frenchie, juste en face du resto, vaut aussi le détour.
***et ça n’a rien à voir avec la gastronomie mais cette beauté du Sentier fait aussi partie d’une soirée au Frenchie :-)
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s